Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J4 / vendredi 29 avril 2016 / Camioneros et San Telmo

Publié le

Après une longue nuit de sommeil enfin réparateur et un petit déjeuner fortifiant, nous sommes à nouveau prêts à repartir à l’assaut de la ville de Buenos Aires.

J’ai goûté ce matin une des spécialités locales, le dulce de leche, une sorte de pâte à tartiner ou confiture de lait au goût de caramel, excellente sur du pain frais, mieux que le Nutella…

Pas besoin de taxi ce matin, la Plaza de Mayo avec le Cabildo ou mairie et le palais présidentiel, la Casa Rosada, ainsi nommée à cause de sa couleur, sont à quelques minutes à pied. Au coin de la rue, on fait déjà griller de la viande sur un barbecue géant !

On assiste à la relève de la garde, pas très impressionnante tout de même, rien à voir avec celle de Buckingham.

Petit tour ensuite sur Puerto Madero et sa passerelle de la Puente de la Mujer enjambant le fleuve que nous n’avions vue que de nuit le 1er soir.

Puis nous remontons l’avenida Corrientes, le Broadway argentin, bordée de salles de spectacles en tous genre, pour arriver devant le symbole de la ville, le fameux Obelisco au centre de l’avenue du 9 juillet. Tout à côté nous admirons aussi le Teatro Colon, un opéra qui rivalise avec celui de Vienne et l’opéra Garnier de Paris. Devant celui-ci et tout le long de l’avenue, des bus venus de tout les coins du pays déchargent des manifestants avec drapeaux et tambours. On ne sait pas trop ce qu’ils réclament, mais ils font un bruit infernal.

On s’éloigne vite de là pour nous rendre dans la rue Florida, une longue succession de boutiques et galeries marchandes dont la plus belle est la Galerias Pacifico, une copie du Bon Marché parisien.

Enfin nous arrivons sur la Plaza San Martin, véritable petit parc tropical, entouré d’édifices Art Déco, notre parc préféré dans la ville.

De là, j’avais prévu de prendre un taxi qui devait nous emmener de l’autre côté de la ville dans le mythique quartier de la Boca, surtout connu pour son célèbre stade où à évolué Diego Maradona, et Il Caminito, ruelle aux maisons peintes de toutes les couleurs.

C’est un quartier plutôt excentré et un peu mal famé, mais très touristique et uniquement accessible en taxi.

Un 1er taxista refuse de nous emmener et nous explique que c’est à cause des manifestants qui bloquent le centre-ville. 2 autres taxis que nous hélons plus loin nous expliquent grosso modo la même chose. La ville est coupée en 2 par divers groupes de manifestants qui se sont rassemblés aujourd’hui ; ça tombe mal pour nous et évidemment nous sommes très déçus car nous quittons la ville demain.

C’est donc un peu dépités que nous revenons à notre hôtel près duquel la manifestation bat son plein, tirs de fumigènes, grosses explosions, roulements de tambour, c’est pire que place de la République à Paris. Même depuis notre chambre nous entendons les cris, les chants et les détonations.

Enfin le calme revient, mais il est trop tard pour aller à la Boca car il n’est pas recommandé d’y traîner après 17h.

C’est donc vers le quartier de San Telmo que nous repartons en fin de journée. Suite au passage de la manifestation, la longue rue de la Defensa est jonchée de déchets en tous genres, bouteilles, tracts, pétards… Alors que je prends une photo des dégâts, un manifestant m’interpelle et me dit que je peux l’envoyer à la Casa Rosada au président Macri. Je me garde bien de lui répondre et nous passons notre chemin en évitant prudemment quelques individus plutôt éméchés qui traînent encore. Dommage car c’est le quartier le plus ancien de Buenos Aires avec de vieux bâtiments coloniaux avec patios intérieurs abritant de nombreux antiquaires. C’est aussi ici que nous irons dîner chez El Desnivel, un restaurant à parilla bien sûr, une fois de plus, entendez de spécialités viandes grillées. Il ne paye pas de mine avec ses nappes en toile cirée qui ont vécu et ses photos de footballeurs, mais on se régale encore avec un énorme bife de chorizo, une espèce de côte de boeuf sans os qu’on pourrait presque découper sans couteau et l’incontournable bouteille de vino tinto Malbec.

J4 / vendredi 29 avril 2016 / Camioneros et San Telmo
J4 / vendredi 29 avril 2016 / Camioneros et San Telmo
J4 / vendredi 29 avril 2016 / Camioneros et San Telmo
J4 / vendredi 29 avril 2016 / Camioneros et San Telmo
J4 / vendredi 29 avril 2016 / Camioneros et San Telmo
J4 / vendredi 29 avril 2016 / Camioneros et San Telmo
J4 / vendredi 29 avril 2016 / Camioneros et San Telmo
J4 / vendredi 29 avril 2016 / Camioneros et San Telmo
J4 / vendredi 29 avril 2016 / Camioneros et San Telmo

Commenter cet article